Orgueil et préjugés de Jane Austen / Orgueil et préjugés et zombies de Seth Grahame-Smith

jane-austen-orgueil-et-prejuges-10-18_    orgueil et zombies

Chouette ! Jane Austen est à la mode. Ses romans sont réédités, analysés, filmés… Alors pourquoi ne pas replonger avec bonheur dans la lecture de Raisons et sentiments, Orgueil et préjugés ou Emma ? L’œuvre de Jane Austen (1775-1817) mérite qu’on s’y attarde, sous peine de passer à côté d’une romancière majeure de la littérature anglaise. Certains pensent que ces bluettes ne sont pas pour eux ? Ils auraient tort de classer trop vite l’auteur dans la case « Barbara Cartland ». Bien sûr, chez Austen, il y a des jeunes filles à marier, des cœurs brisés, des héros chevaleresques, mais se contenter du premier degré de lecture risquerait de faire oublier l’intelligence des héroïnes, leur volonté de s’en sortir grâce à leur vivacité, dans un monde écrasant de domination masculine. Si le mariage demeure une fin heureuse dans chaque récit, n’oublions pas qu’il s’avère, à l’époque, l’unique statut par lequel une femme peut obtenir une situation, interdite qu’elle est de travailler ou d’hériter de ses parents. Quand, en plus, cette femme n’est pas d’une beauté renversante, qu’elle n’est pas d’une famille fortunée, et qu’elle ne croise dans son entourage que quelques célibataires, dans les rares bals où l’on daigne l’inviter…, songez qu’il s’avère alors plus difficile pour une héroïne austeniène de trouver mari que pour Frodon de détruire l’Anneau. Et si l’on ajoute qu’elle désire en plus faire un mariage d’amour, avec comme seules armes son humour et son intelligence, alors là, Superman en comparaison doit remplir des missions moins impossibles. Toujours pas convaincus ? Vous préférez quand ça bastonne ? Alors, pour vous : Orgueil et préjugés et Zombies de Seth Grahame-Smith. Ici, les sœurs Bennet, en plus de chercher un époux, dégomment les morts-vivants qu’elles croisent sur les chemins ou dans les salles de bal. Championnes en broderie et en techniques de combat, elles manient dés à coudre et sabres à décapiter avec la même dextérité. C’est jouissif, drôle, et complètement débile. J’adore.

Orgueil et préjugés / Jane Austen. trad. de Valentine Leconte, Charlotte Pressoir. 10-18, 2012. Orgueil et préjugés et Zombies / Seth Grahame-Smith. trad. par Laurent Bury. Flammarion, 2009

 Chronique publiée dans Noise n°16 – juin-juillet 2010

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s