No présent de Lionel Tran

No Présent .jpg

Lionel Tran est né au début des 70’s et dresse, dans ce roman que l’on devine à fortes résonances autobiographiques, le portrait d’une génération désabusée. « Nous avons débattu de politique, de religion, de sexualité avec nos parents, qui nous ont toujours incités à penser par nous-mêmes (…) Ils ne nous ont pas préservés, pensant que plus nous serions conscients, plus nous deviendrions éveillés, ils ne nous ont rien caché, nous racontant les détails de leur psychanalyse et nous décrivant à table la réalité biologique de leurs problèmes génitaux. Nos parents étaient fiers de nous, pensant que nous laisser pousser comme des fleurs sauvages ferait de nous la première génération de l’après ».

Ou Comment s’inventer un avenir quand votre présent est jugé stérile par vos aînés, comment construire un monde quand la génération de l’avant, celle des soixante-huitards s’est goinfrée des avancées sociales des Trente Glorieuses, occupe toute la place au point de ne donner à ceux qui suivent que des leçons, du vide. Vacant, but not so pretty. Ceux qui ont grandi dans les 80’s ont-ils le déclassement comme unique perspective ? Que reste-t-il à essayer quand les utopies ont été réduites à néant, expérimentées, bafouées ? La soif de pureté, l’honnêteté intellectuelle, peuvent-elles être les ultimes expériences à tenter ? Lionel Tran revient sur cette période de sa vie où, dans le quartier de la Croix-Rousse, à Lyon, au début des 90’s, avec quelques autres, il s’établit dans un squat qu’ils transforment en atelier créatif. La recherche éperdue d’une alternative à la marchandisation, cette quête d’un pays qui n’existait pas, passera plus par la prise de dope que par la maîtrise d’un art, quel qu’il soit, et se conclura par la solitude, l’enfermement, la chute plutôt que par la rédemption espérée.

Co-fondateur de Terrenoire éditions, journaliste, auteur-scénariste de BD, pour reprendre le contrôle de son existence, Lionel Tran a persévéré dans l’écriture. Une écriture ciselée, aboutie, efficace comme une colère froide.

No présent / Lionel Tran. Stock, 2012

Chronique publiée dans New Noise n°14 – janvier-février 2013

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s