Ford Mustang de Bastien Bachet et Adrien Cadot

ford mustang

Nul besoin d’Amérique pour se retrouver paumé au milieu de nulle part, dans une nature certes majestueuse mais néanmoins hostile, en compagnie de ruraux plutôt irascibles voire tout à fait bornés. Un week-end de merde peut très bien se dérouler dans le Massif Central, pour peu qu’on fasse quelques efforts : se lancer dans un trek à moto avec des inconnus dépourvus d’humour alors qu’on n’est pas monté sur une bécane depuis longtemps, s’arranger pour se mettre à dos les plus costauds de la troupe, abuser de la vodka et des pétards dès le matin, mettre en colère la bande de chasseurs du coin… Bastien Bachet et Adrien Cadot en font la preuve, en contant les mésaventures de Yann et Boris, dans ce surprenant premier roman à l’intrigue fort bien menée. Deux trentenaires amis depuis peu, qui partagent une passion pour les deux roues, un léger ras le bol de leur vie compliquée de père de famille et une énorme envie de lâcher du lest, décident d’aller passer deux jours loin de tout à rouler, fumer, picoler, et en profiter pour faire plus ample connaissance. C’était sans compter la présence d’Igor, frère aîné insupportable de Boris, qui s’invite dans la course et n’oublie pas d’amener avec lui toutes ses embrouilles. L’intrigue est prenante, le rythme soutenu, la lecture rapide. Mais sous sa carapace de gentil road movie à la française, sous ses airs en vogue de Nature Writing, ce roman révèle au fil des mots une vraie profondeur, inattendue. Chacun des trois personnages prend la parole au cours de chapitres successifs, et expose son point de vue, s’expose à la vue. Entre deux coups d’accélérateur et de poings dans la gueule, ils confient leurs désirs inassouvis, livrent les clés de leur relation aux autres. Pas toujours facile de renoncer à ses rêves de jeunesse, d’assumer ses défaites et surtout de se regarder en face. Une belle réflexion, sans complaisance, juste et souvent drôle, sur l’amitié, l’amour, la fraternité, sur la vie, quoi.

Ford Mustang / Bastien Bachet et Adrien Cadot. In Octavo Editions, 2013

Chronique publiée dans New Noise n°21 – mai-juin 2014

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s