Planète vide de Clément Milian

planete

Patrice Gbemba, dit Papa, rêve d’étoiles, de vaisseaux spatiaux, de trous noirs dans lesquels il pourrait disparaître, loin du collège et de ceux de son âge. A onze ans, il faut être comme tout le monde. Lui est petit, porte de grosses lunettes et pas de vêtements de marque. Il est différent, alors il gêne et devient le souffre-douleur des caïds de l’école. Sa mère l’élève seule, trime pour boucler les fins de mois. Elle lui a offert un livre merveilleux, qui raconte les astres. Il ne veut pas la décevoir, lui causer du tracas, alors il tait son calvaire, et dessine. Un soir, il se rebelle face à ses harceleurs et est obligé de fuir.

Commence alors son errance. Parkings, centres commerciaux, béton, périph… Il n’a jamais  quitté la banlieue, n’est jamais entré dans Paris. La Défense, Notre Dame sont à l’opposé de son monde, gigantesques, fascinantes. La pollution cache les étoiles, déception. Les lumières de la ville sont factices, guirlandes de noël qui scintillent. Pas la fête pour tout le monde.

Il a faim, froid. Il est sale, il a mal. Son nez coule. Il est transparent. Il croise des crouteux, des crasseux, des bizarres. Il a peur des capuches. Les filles sont moins mauvaises, et souvent très jolies, surtout les vraies parisiennes. Elles font peu cas de lui. C’est si facile de s’éclipser, de devenir une ombre dans une mégalopole, même quand on n’est qu’un gosse. Lui qui était le centre de trop d’attention devient objet d’indifférence. C’est si rapide de n’être plus personne.

Le temps s’allonge. Combien de jours, combien de nuits dure sa fugue ? Distorsion des minutes, des distances, sensation d’étrangeté, renforcées par l’utilisation récurrente de l’imparfait en place du passé simple.

Roman court, conte humaniste et sensible qui en dit long sur la différence, l’indifférence. Papa voit défiler la grande parade de l’humanité à travers des portraits incarnés ; SDF peu amènes, putes au grand cœur, compagnons d’infortune, jusqu’à sa rencontre avec une bande de punks à chiens, accueillants, à l’écoute, au cours d’une nuit où il grandit, un peu.

Planète vide / Clément Milian. Gallimard (Série noire), 2016

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s