John King : deuxième interview

jk1-300
Photo : Jaimie MacDonald
En colère, John King ? The Liberal Politics of Adolf Hitler, son dernier roman, pas encore traduit en français, est une dystopie féroce, un coup de gueule qui tabasse contre l’Union Européenne, les banques, la surveillance généralisée, l’érosion de la démocratie. La société qu’il décrit est dirigée par les bureaucrates, dans une Europe si unifiée que les pays membres s’y sont fondus. La technocratie se passe de l’avis des peuples, contrôle l’information et impose la terreur grâce aux nouvelles technologies. Heartland peut dormir tranquille. Les Bons Européens ont compris ce qui est bien pour eux. Sous leurs dômes de verre, les villes sont protégées. La climatisation est bien réglée, l’air aseptisé. Les animaux sauvages sont éradiqués. A l’extérieur, quelques zones de résistance subsistent, mais elles seront vite annexées. Ceux qui osent se rebeller, ces terroristes réactionnaires, seront sévèrement punis. Partout règnera la Nouvelle Démocratie.
John King était pour le Brexit, vous l’aurez compris, mais on aurait tort de ne voir dans son livre qu’une attaque passagère et anglo-anglaise contre L’UE. C’est un avertissement plus vaste, et durable contre les dérives de notre monde, contre une globalisation imposée qui broie les petits, contre une pensée « libérale » unique. Vision glaçante d’un futur totalitaire empruntant à Orwell son efficacité narrative, The Liberal Politics of Adolf Hitler, pénétrée d’un humour so british, est une oeuvre qui fera date.
Dans ton dernier roman, une dystopie, il n’y a plus de pays en Europe, mais un état supranational, l’Etat Uni d’Europe (l’EUE), dirigé par une élite technocratique. Les Crates, les Bureaus et les Contrôleurs sont au service du pouvoir centralisé établi à Bruxelles et Berlin. Dans cette Nouvelle Démocratie, « il n’y a plus besoin d’élections. » Les Bons Européens sont heureux de respecter les règles. Ceux qui ont des idées incorrectes, les Communs, sont considérés comme des terroristes qui doivent être éduqués et réprimés. Sur la quatrième de couverture, il est écrit : « bien que situé dans le futur, le livre parle bel et bien d’ici et maintenant. » Penses-tu réellement que les Européens vivent dans un simulacre de démocratie et que l’Union Européenne nous entraîne vers une dictature ?

Je ne pense pas qu’on en soit encore arrivé là, mais je crois fermement que la démocratie est en train de s’éroder. Au niveau national, il est clair que nos élites ont délaissé nos souverainetés au profit de Bruxelles. Il y aura toujours des gens et des organisations qui veulent contrôler la société, et tant que nous aurons facilement accès au crédit et à un bon niveau de prospérité matérielle, ça sera toujours le cas. Alors oui, je pense que l’Union Européenne pourrait devenir une dictature un jour, mais une dictature très différente de celles que nous avons vécues par le passé. On ne parle pas ici de leaders qui braillent ou de soldats qui défilent ou d’invasions éclairs à la blitzkrieg. Cela serait plus subtil et plus durable, accompli grâce à la manipulation des lois et une utilisation astucieuse d’internet, un lent processus de lavage de cerveau des populations par la réécriture de l’Histoire dissimulée sous une couche de vernis progressiste. On dit que la véritable force d’un système totalitaire se tient plus dans sa bureaucratie que dans son armée et je pense au magnifique roman de Hans Fallada, Seul dans Berlin, à la peur que ressentent les principaux personnages, à vivre dans une société où personne n’ose dire ce qu’il pense, car ils sont entourés de délateurs. J’ai toujours à l’esprit 1984 de George Orwell et son « pouvoir des prolos », où le seul espoir qui reste réside dans le peuple, dans la force potentielle des masses si seulement elles pouvaient s’unir. Dans ces livres, l’information est contrôlée, déformée. Qu’est-ce qui est vrai, et qu’est-ce qui est faux ?

La mission de l’Union Européenne, celle de créer un Etat supranational, s’est développée à travers les générations, et pendant des décennies ce coup d’Etat au ralenti s’est déroulé dans les coulisses, et quiconque a osé le remettre en question a été insulté et sali. Mais l’Union Européenne est seulement une partie de quelque chose de plus vaste qui comprend la globalisation, une gouvernance mondiale, un pouvoir toujours plus grand accordé aux banques et aux multinationales, et l’exploitation d’internet et des nouvelles technologies.

the-liberal

N’y a-t-il pas une sorte de provocation dans le titre que tu as choisi, The Liberal Politics of Adolf Hitler, une sorte de provocation punk ?

Le titre est une absurdité qui reflète à quel point l’Histoire a été déformée à l’ère de cette Nouvelle Démocratie. Avec un peu de chance, les gens y réfléchiront quelques secondes plutôt que s’attarder sur son sens littéral. C’est du double langage. Du triple langage même. Je ne l’ai pas pensé comme une provocation, mais tu as raison, il y a beaucoup de connections avec le punk dans mon roman.

Comme le chantaient les Clash dans « (White Man) In Hammersmith Palais » : « If Adolf Hitler flew in today, they’d send a limousine anyway. » Si Hitler atterrissait aujourd’hui, ils lui enverraient une limousine.

Ce qui unit les Bons Européens, c’est l’uniformité, la conformité, rien d’autre que du vide. Ils pensent tous la même chose, mangent la même chose. Considères-tu que l’Union Européenne nie les spécificités, les identités des différents pays ?

Cet élément a toujours été présent dans notre société, mais il a pris de l’ampleur, est devenu plus influent, plus accepté. Dans mon roman, je pousse les choses plus loin, au point que les pensées de ces Bons Européens sont autocensurées, sont une extension du prétendu politiquement correct, ce qui peut être étouffant et destructeur, quand chaque mot ou geste peut être pris de travers. Je crois en la liberté de parole et de pensée, et je vois bien combien la liberté de parole au moins est attaquée. Si vous obéissez aux règles, vous serez récompensés… ça n’a rien de nouveau.

En ce qui concerne l’Union Européenne, ce à quoi nous assistons aujourd’hui est différent de ce qui se passera dans un an. Elle devient de plus en plus puissante et est en train de dominer les gouvernements nationaux. Elle cherche à étendre ses frontières, à construire un empire et pense à former une armée. Au bout du compte, il lui faudra homogénéiser les cultures européennes et créer une identité unique. Elle a déjà un drapeau, un hymne, une assemblée législative, une force paramilitaire. Elle aime l’idée d’un gigantesque parc à thème plein d’attractions touristiques, mais rejette les attachements locaux forts, car ils menacent le succès du Projet.

Dans l’EUE, de nouveaux règlements sont constamment promulgués, des règles que les gens ne peuvent pas comprendre ou discuter. Parce que « le changement est une bonne chose. Le changement signifie le progrès. » Les technos inventent de nouveaux mots pour créer de nouvelles idées, de nouveaux concepts absurdes. Est-il plus facile d’être obéi quand on n’est pas compris ?

Des slogans simples et réconfortants en public, des règlements compliqués et secrets dans les coulisses… C’est ainsi que la législation anti-démocratique opère sa magie. L’idée que tout changement est un bienfait convient au monde des affaires, car ça veut dire que tout doit être remplacé, ce qui signifie plus de profits. C’est la révolution perpétuelle prônée par les capitalistes, en plus d’être un outil idéal pour que les gens s’endettent et soient par là-même plus contrôlables. La vérité, c’est que certains changements sont positifs, et d’autres non, qu’on a besoin d’un équilibre, mais en ce moment on est traités de passéistes ou de nostalgiques dès qu’on cherche à préserver les choses, ou les remettre en cause. On voit bien ça à travers tous ces gadgets en constante évolution, et dans la lourdeur des règlements toujours nouveaux. Sans compter qu’à une plus grande échelle, la convoitise des terres, des biens, les privatisations conduisent au démantèlement de communautés.

Comment as-tu créé cette Novlangue, ce nouveau langage, si efficace dans ton roman ?

Je l’ai développée au fur et à mesure de l’écriture, c’est venu naturellement, en utilisant certains mots et en déformant leur sens, en ajoutant des expressions puériles, une sorte de « parlé bébé » par endroits, en poussant à l’extrême la façon dont le langage est manipulé de nos jours. ça a été très drôle à faire. Ajouter de la distorsion et du feedback tout en montant le volume, comme King Tubby ! Mais avec des mots à la place du son.

Dans le monde que tu décris, l’Histoire est réécrite. Les héros sont les unificateurs (Staline, Hitler, Merkel, Napoléon…) tandis que Churchill, par exemple, était « un alcoolique, un bandit, farouchement opposé à l’unification. Il a rejeté les progrès accomplis par des hommes tels que le Contrôleur Adolf ou le Contrôleur Joe. » Les Bons Européens sont convaincus que « l’Angleterre n’a jamais existé. C’est un mythe. » Quelle est l’importance de l’Histoire dans la construction du futur ?

remain ?.jpg

Il y a les histoires qui se transmettent à travers les familles et les communautés, et les histoires officielles. Les deux sont sujettes à la déformation, intentionnellement ou non, et nous interprétons les événements selon nos propres convictions. Mais au niveau de l’Etat, il y a d’autres facteurs en jeu. L’Histoire est essentielle dans la construction du futur, à mon avis. Ceux qui détiennent le pouvoir, les richesses et des intérêts dans l’Union Européenne ont été furieux envers ceux qui ont voté pour quitter l’UE à la suite du referendum, ici, en Grande-Bretagne. Ils ont déclaré qu’on était incultes, stupides, perdus, racistes, trop vieux. Ils ne peuvent tout simplement pas accepter la vision de l’Histoire qu’ont les gens, leur interprétation des événements et leur sens de l’identité.

Mon roman White Trash traitait des mêmes préjugés, de cette division qui existe entre ceux qui ont du pouvoir et ceux qui n’en ont pas. L’accusation selon laquelle les vieux seraient en quelque sorte égoïstes et cruels pour avoir voté en faveur du départ de l’UE est révélatrice. Ceux pour le maintien dans l’Union nous ont seriné que l’idée de quitter l’UE était passéiste, qu’elle signifiait être replié sur soi-même, mais ce n’est pas ainsi que la majorité a vu les choses. Voter pour l’indépendance était au contraire être tourné vers l’avenir, se libérer d’un système non démocratique et engager le dialogue avec le monde. Les plus âgés ont été moins effrayés que les jeunes car ils ont vu évoluer l’Union Européenne, ils connaissent son histoire et savent où elle nous entraîne. Où les jeunes ont-ils la chance d’entendre l’histoire la plus honnête ? De la bouche de leurs familles et communautés, ou de la part d’un gouvernement qui fricote avec les banques et les multinationales, une collection de carriéristes qui travaillent pour leur propre gratification ? Ces tentatives de monter les familles les unes contre les autres, de diviser les jeunes et les vieux, sont une honte.

white trash.jpg

Une Angleterre Libre, loin d’Heartland, existe encore. Ces locaux sont considérés comme sous-éduqués et dangereux par les Bons Européens. « Les Communs ne devraient jamais être livrés à eux-mêmes. » Est-ce une version de l’élite contre le peuple?

Oui, et on constate ce phénomène au-delà de l’Angleterre, et il n’est pas nouveau. Les rois et reines du passé, qui se mariaient entre eux et contrôlaient l’Europe, ont été remplacés par un groupe international qui prêche le libéralisme sans se l’appliquer à lui-même. Ils partagent la même culture élitiste que les anciens propriétaires terriens et les vieilles familles royales, éprouvent un dégoût similaire envers les classes populaires. Je suis sûr que c’est pareil en France, en Europe, et dans le reste du monde.

A propos des rois et reines, que penses-tu de la monarchie au Royaume-Uni ? Ce système ne vous coûte-t-il pas très cher ?

Je pense que la plupart des gens ici aiment bien la reine. ça peut semblait en contradiction avec certaines autres de mes opinions, et ça l’est vraiment, mais je ne suis pas antimonarchiste et je ne voudrais pas voir ce système abrogé. Je ne me sens pas assujetti. Je considère qu’ils n’ont aucun pouvoir politique ; ils représentent une tradition et sont le point de mire de notre pays quand celui-ci est menacé. Je me moque de la monarchie dans son sens le plus vaste, cependant, les propriétaires terriens et tous les autres. La reine représente une continuité que beaucoup de gens apprécient, car elle a traversé tant de différentes époques de notre histoire moderne, et je ne sais pas ce qui arrivera quand elle mourra. La famille royale coûte très cher, mais on dit qu’ils rapportent encore plus à travers le tourisme. Les gens disent que la société serait transformée si nous n’avions plus de roi ou de reine, qu’on pourrait avoir un président comme ailleurs, mais avec qui on se retrouverait ? Tony Blair ? Nick Clegg ? Sir Bob Geldof ? Je préfère de loin Queen Elizabeth. Je suis pratiquement sûr que Johnny Rotten aime la reine, lui aussi.

Un de tes personnages, dans L’Angleterre Libre, affirme : « Le vieil accent saxon des comtés de l’est et du sud était insulté depuis des siècles par l’aristocratie francophile et latine. Les dirigeants européanisés d’avant l’époque imbécile dans laquelle nous vivions avaient alimenté un préjugé racial qui persistait toujours. » Tu penses la même chose ?

Oui. Il y a une grande division dans la langue anglaise, et dans ses accents. C’est la différence qui existe entre « baiser » et « copuler », l’un est un gros mot et l’autre du bon anglais. La monarchie et la haute société étaient souvent étrangères, internationales ; elles restaient entre elles et parlaient un langage différent des masses. Les autochtones étaient considérés comme une classe inférieure, tout comme leur culture, leurs coutumes. C’est encore vrai aujourd’hui. Les riches de ce pays ont toujours considéré que la culture européenne était plus sophistiquée, et quand une nouvelle classe moyenne émergeait, le même schéma se reproduisait parce qu’elle imitait la classe supérieure. Cela nous ramène à l’Union Européenne et la division entre les sentiments des masses et la conduite des riches et de ceux qui détiennent le pouvoir. C’est un très vieux préjugé qui perdure. C’est une vérité mise à nu dans The Liberal Politics of Adolf Hitler.

king3-300

« Voter pour quitter l’UE n’est pas une fin en soi, c’est un début. »

Selon toi, la seule façon pour les gens de retrouver leur identité, de lutter contre le mépris des élites, d’être libre, c’est de quitter l’Union Européenne ? Le Brexit ne peut pas être une fin en soi…

C’est la seule façon, et voter pour quitter l’UE n’est pas une fin en soi, c’est un début, qui nous permettra certainement de préserver notre identité. Le vote en faveur de la sortie de l’UE a été une défaite cuisante pour l’élite, mais ils sont toujours là, et il nous faut nous battre maintenant pour être sûrs d’aboutir à un véritable Brexit, car ils vont faire tout ce qu’ils peuvent pour ne pas respecter cette décision. Cela implique de quitter le marché unique et l’union douanière, et si l’on y parvient, la lutte intérieure concernera la nature de la société que nous construirons dans le futur. Cela ne change rien. Mais rester dans l’UE aurait été un désastre. Partir à moitié n’entrainerait qu’une faible amélioration.

Dans tes Villages Libres, les habitants sont quasiment auto-suffisants. Des valeurs comme la solidarité, l’amitié, le respect des anciens, ne sont pas des vains mots. Le localisme est-il la solution ?

The Liberal Politics of Adolf Hitler est un roman écolo. Tout y est question de localisme. La décentralisation du pouvoir. Les gens qui travaillent les uns pour les autres, au-delà de motivations pécuniaires.

Puisque les pays n’existent plus dans l’EUE, et que tes rebelles se battent pour la défense de la nation anglaise, le localisme est-il une forme de patriotisme dans ton roman ?

J’ai tenté de lier localisme et patriotisme, parce qu’ils sont la même chose d’une certaine façon, même s’ils s’expriment différemment. ça peut sembler une provocation aux yeux de certains, surtout dans les cercles écolos, de gauche et progressistes, car afficher son patriotisme est toujours vu comme un truc de droite, comme le mal absolu. C’est très bien que les gens soient prudents avec cette notion, mais cette réaction peut aussi être très sectaire en soi. En soulignant ce qu’ils ont en commun, il est possible de rapprocher les gens. Alors oui, le patriotisme s’apparente au localisme et le localisme peut être patriotique.

Durant la campagne pour le referendum, ceux qui étaient pour quitter l’UE ont été accusés de racisme, ce qui t’a mis très en colère. Tu as utilisé la formule dans ton roman. Les Communs sont censés être racistes, et « les racistes remettent en question la centralisation du pouvoir. » Tu nous expliques ?

C’est très facile de traiter quelqu’un de raciste ou de fasciste pour couper court au débat. Il y a des racistes qui ont voté pour quitter l’UE, comme il y a des racistes qui ont voté pour y rester, j’en suis certain. La focalisation des médias sur l’immigration a été une façon de ne pas aborder les questions primordiales. L’autre sujet abordé dans « le débat » a été le commerce. Point barre. Il n’y a quasiment pas eu de discussion sur la direction prise par l’UE. C’est devenu un spectacle télévisuel avec des politiciens se gueulant les uns sur les autres. Pour moi, et la plupart des gens que je connais, l’enjeu du débat a toujours été sur les notions de perte de démocratie, d’identité, sur la nature corporatiste de l’UE. Mais ces insultes, de « racisme » ou « fascisme », perdurent depuis des décennies. Ceux qui profèrent ces termes si facilement en affadissent le sens.

L’UE n’est pas coupable de tous les maux, pourtant. L’Angleterre elle-même, et tous les gouvernements qui s’y sont succédés depuis les années 80 au moins, ont affiché un beau mépris envers les classes populaires, et les prolétaires ont beaucoup souffert avec les lois sur le National Health Service, le transport ferroviaire, l’éducation, les syndicats, les contrats de travail… Quand tu écris à propos de l’EUE : « L’amour débordait tant que le crédit demeurait accessible et que les profits augmentaient », n’est-ce pas une bonne définition de l’Angleterre capitaliste ?

Sans aucun doute. L’establishment britannique et l’establishment de l’UE ne peuvent être séparés. Ce sont les mêmes gens. Les gouvernements du Royaume-Uni ont cherché à transformer le NHS, à privatiser le chemin de fer et le noyau industriel, attaquer les syndicats, et c’est aussi ce que fait l’UE à une plus large échelle. L’Etat britannique nous a impliqués dans l’UE, nous y a enlisés, et a fait campagne pour que nous y restions. Il a cédé notre souveraineté et des milliards de livres venant des contribuables, il a trahi le peuple. Pour lutter contre la libéralisation du NHS et renationaliser les chemins de fer, protéger les salaires en encadrant le travail, eh bien, nous devons quitter l’UE car ses lois et directives s’opposent à de telles démarches, mais nous devons aussi changer de gouvernement. Nous gagnerions beaucoup à une nouvelle sorte de politique, et on dirait bien que c’est ce qui est en train d’arriver. On peut ne pas partager leurs idées, mais les succès du UKIP (Ndr : parti souverainiste très à droite), ou du SNP (Ndr : Scottish National Party : parti de centre gauche qui prône l’idée d’une Ecosse indépendante du Royaume-Uni dans l’UE), les changements au sein du Parti travailliste, représentent de grands bouleversements. Rejeter l’élite de Bruxelles a été pareil que rejeter l’élite britannique.

L’élite d’un pays n’inclut-elle pas aussi les intellectuels, les auteurs, les scientifiques, les poètes…? Ces gens-là sont-ils à rejeter comme ceux qui ont l’argent et le pouvoir ?

Cela dépend vraiment des définitions qu’on en a, et le terme est tendancieux, selon que l’on associe ou non élite à élitisme. Mais ces gens que tu mentionnes devraient vraiment être mis à part. On peut espérer, au contraire, que les écrivains, les poètes et les philosophes soient le plus éloignés possible de l’élite, pour qu’ils puissent se poser les bonnes questions. Mais il existe un mécanisme qui consiste à prendre des gens dans tel ou tel domaine, et les contrôler en leur offrant des récompenses financières et des honneurs. Pas tant en ce qui concerne la science, mais la culture. Les universités sont là pour canaliser la pensée, la contrôler et la réorienter, pour qu’elle se fonde dans l’élite. Si vous obéissez, si vous vous conformez, la vie est beaucoup plus facile.

Qui décide qui est le meilleur dans sa discipline ? Il y a des canons en littérature, par exemple, mais ils sont définis par une classe professionnelle qui impose ses règles, et même sa censure. Cependant, on ne devrait pas rejeter quelqu’un sous prétexte de sa naissance ou de sa fortune, mais écouter ce qu’il dit et chercher à comprendre ce en quoi il croit. Vous pouvez être issu de l’élite, et vous rebeller quand même. Faut être juste.

L’union Européenne n’était-elle pas une belle idée, au départ ? Son but n’était-il pas d’unir les peuples et d’arrêter les guerres ? Si non, pourquoi l’ont-ils faite ? Et pourquoi l’élite demeure-t-elle toujours très attachée à cette idée ?

L’idée de créer un Etat supranational européen date de bien avant la seconde guerre mondiale, même si le besoin de stopper de futurs conflits entre l’Allemagne et la France a été vraiment déterminant. Mais ce sont l’armée américaine et l’OTAN qui ont préservé la paix. C’est peut-être pour cette raison que tant de gouvernements européens en veulent aux Etats-Unis depuis. Il en va de même pour la Grande-Bretagne et la Russie. Faites une faveur à quelqu’un, et il ne vous le pardonnera jamais…

Il y a eu des idéalistes impliqués dans la formation de l’UE, je ne nierai jamais cela, et il y en a encore, mais en tant que personne qui refuse que l’Angleterre et la Grande-Bretagne soient divisées et ne soient plus que des régions d’un empire européen, je la rejette, et je la rejette aussi pour ses tendances politiques.

Il existe un autre argument qui dit que l’UE a été créée pour limiter les acquis sociaux obtenus à la fin de la seconde guerre mondiale, pour protéger le capitalisme et les élites occidentales. D’autres encore prétendent qu’elle a des fondements fascistes. Les Nazis étaient plus des suprématistes blancs que des nationalistes. Ils voulaient créer un superétat européen, mais ont été vaincus par des patriotes qui se sont battus pour sauver leur culture telle qu’elle s’exprimait à travers l’Etat nation. Nous nous sommes battues pour sauver la Grande-Bretagne, la Résistance française et les Forces Françaises Libres se sont battues pour sauver la France, les Russes se sont battus pour sauver la Russie, pas le communisme. Ils l’ont même appelée la Grande Guerre Patriotique. Il y a plein d’opinions différentes au sujet des origines de l’UE, et c’est pas mal d’y réfléchir.

JK2 300.jpg
photo : Jaimie MacDonald
Dans ton roman, tous les Bons Européens partagent la même culture, une sorte de culture remixée et édulcorée. Ils écoutent des versions soft d’Abba, des Rubettes ou Jean Rotten. Les versions physiques, matérielles des livres et des disques sont interdites. La technologie, et notamment la numérisation, sont-elles dangereuses?

La technologie n’est pas dangereuse, mais l’utilisation qu’on en fait peut l’être. Dans le livre, la numérisation a été imposée comme moyen de contrôle social. Les humains ont développé des façons de faire passer l’information aux générations futures, ont tenté de vaincre la mort et le temps, de partager leur expérience et leur savoir, mais les versions numériques des livres, des films, des photos ou de l’Histoire existent uniquement dans le cyberespace. Par accident, ou intentionnellement, l’Histoire pourrait se perdre s’il n’y en avait pas d’archives physiques.

Publier des livres, physiques, et défendre la littérature anglaise, est-ce pour cela que tu as fondé London Books, ta maison d’édition ?

On a commencé London Books parce qu’il y avait tous ces vieux romans qui méritaient d’être publiés, selon nous. J’ai essayé d’y intéresser des éditeurs, et comme ils n’ont eu aucune réaction, on a décidé de les sortir nous-mêmes dans la collection London Classics. Je m’occupe de cette collection et notre but est de produire une série de romans qui sont le reflet d’une littérature oubliée, et rejetée, une littérature consciente socialement, et qui prend ses racines dans et autour du prolétariat londonien. C’est une autre vision de la ville. Si on avait plus d’argent, on aimerait publier plus de littérature contemporaine, donner leur chance à des auteurs émergents issus de la population dans son ensemble, mais nous sommes une petite maison, et nous gagnons notre vie en tant qu’auteurs, alors nous progressons très lentement. Nous voulons représenter une autre tradition, un pan de la littérature anglaise qui a été marginalisée.

Dans The Liberal Politics of Adolf Hitler, l’internet est devenu l’InterZone, un gigantesque réseau social où tout le monde partage la même information au même moment. L’internet n’est-il pas aussi un vaste espace de liberté et de démocratie ?

L’internet est un miracle de la science, où chacun peut, en théorie, contourner les régulateurs. Mais il y a des aspects négatifs. Je pense que c’est simplement une question de temps avant qu’il ne soit taxé et gagné par la surveillance intrusive. C’est déjà le cas, comme on le sait, et si on associe à l’internet une image décontractée, jeans et baskets, les compagnies qui le dirigent brassent des milliards de dollars.

Peut-être faut-il distinguer deux domaines : les opinions et l’information. Toute opinion imaginable peut s’exprimer, mais avec les followers de Twitter et les amis de Facebook, avoir un point de vue différent peut mener à se faire insulter d’une manière qui n’arriverait jamais dans la vie réelle. Des individus peuvent être détruits, et pas seulement par des trolls. Les gens ont peur de dire ce qu’ils pensent. Ainsi, on est plus connectés, et d’une certaine façon plus limités.

Quant à l’information, comment savoir ce qui est vrai et ce qui ne l’est pas ? Des histoires peuvent être inventées, mises en circulation et considérées comme la vérité. Il semblerait que cela se soit passé sur une large échelle pendant les élections américaines. Je me suis emparé de cette idée dans The Liberal Politics of Adolf Hitler, pour montrer une société où les points de vue officiels sont pris pour argent comptant et où tout type d’argumentation est éliminé sous la pression des autres et le besoin d’auto-préservation de chacun.

king 300.jpg

« L’intimité était suspecte. » La technologie permet une effrayante surveillance. La terreur est diffuse mais réelle. Tout le monde épie tout le monde. N’importe qui peut être un délateur et appeler les unités Cool ou Hardcore. (Et si je me souviens bien, Londres a été une des premières grandes villes à installer des caméras.) Penses-tu que les gens sont prêts à sacrifier leur liberté au profit de leur sécurité ?

L’idée que les caméras de surveillance puissent arrêter le crime, ou au moins localiser les criminels, est très attrayante. Je pense que la plupart des gens ont tendance à accepter ça comme étant une bonne chose. Mais il faut qu’il y ait une limite. Dès qu’on accepte les caméras, les limites sont dépassées, et c’est encore plus sournois et intrusif avec les ordinateurs et les téléphones portables. ça a conduit à un changement des mentalités. Les gens sont filmés, embarrassés, humiliés sur internet. Ils sont de plus en plus suivis, surveillés à travers leurs appareils. L’intimité n’est plus respectée comme elle l’était auparavant, il y a des espions, des délateurs partout, qui n’attendent qu’à propager des ragots, qu’à dénoncer les gens pour les plus insignifiants des « crimes ». ça devient de plus en plus mesquin. Bientôt, il n’y aura plus nulle part où se cacher, et ça pourrait devenir aussi grave que la privation de sommeil, qui sait. Les gens ont besoin d’intimité, de garder un peu de leurs secrets, ils ne peuvent pas être sur leurs gardes toutes les secondes de leur vie. Sinon, ils vont devenir dingues. Est-ce qu’on peut fonctionner en tant qu’individus si on ne peut jamais se détendre ? On a besoin d’intimité.

Les gens ne se complaisent-ils pas dans une forme de servitude volontaire ? Personne ne nous force à aller au Starbucks ou au MacDo plutôt qu’au pub (dans le roman, les Bons Européens vont au Tenderburger manger du panda). On ne nous oblige pas à acheter le dernier objet connecté ou à regarder des programmes télé débiles.

La plupart d’entre nous veulent une vie facile. Les dictateurs du futur sauront exploiter cette faille, j’en suis certain. Pourquoi faire souffrir les gens et les forcer à lutter contre vous ? Les leaders modernes ne seront pas des idéologues comme l’étaient Hitler et Staline. Les gens voudront les jouets et accepteront d’en payer le prix. Une version remixée de « Sixteen Tons » de Tennessee Ernie Ford (Ndr : chanson américaine de 1955 qui parle des conditions de vie des mineurs de fond, payés en bons d’achat utilisables uniquement dans les magasins de la compagnie qui les employait) sera la musique d’ambiance de tous les centres commerciaux du monde. Plus de souffrance physique mais une pression énorme pour continuer à trimer.

« Regarde ce qui se passe dans le monde, nous sommes capables de justifier les pires crimes. Nous pensons tous avoir raison. Les humains sont aveugles et destructeurs. Plus vite nous disparaîtrons, mieux ce sera pour la planète. »

Rupert, ton personnage de bureaucrate, est une sorte de libertarien. En tant que Bon Européen, il est encouragé à être cruel envers les animaux, à avoir des relations avec des femmes africaines, déportées et éduquées pour son plaisir sexuel. Il n’y a plus de valeurs « morales » dans l’EUE. Ceux qui ont le pouvoir peuvent faire ce qu’ils veulent. Sont-ils encore humains ?

Ils sont humains. Les humains peuvent tout justifier pour excuser leur comportement. C’est ce que fait Rupert en ce qui concerne les animaux et les femmes. Mais il est soutenu par ceux qui l’entourent, ce qui est essentiel. Il se voit lui-même comme étant très moral, bien plus que les Communs. Mais les questions morales sont différentes selon les gens, les sociétés, non ? Les exemples de cruauté envers les animaux et d’exploitation féminine sont cachés derrière l’étiquette « liberté de choix », et encore une fois, c’est ce qui se passe de nos jours. Ces carriéristes du futur ne font que pousser un peu plus loin ce que nous faisons aujourd’hui. Il y a des gens, ici, en Grande-Bretagne, et sûrement ailleurs, qui veulent montrer le mécanisme de l’abattage des animaux, afin d’être « honnêtes » sur la provenance de la viande, pour ensuite justifier le massacre comme étant « humain » et « nécessaire », et surtout comme étant un libre choix – un libre choix que nous faisons. C’est la même chose en ce qui concerne la prostitution et la pornographie. Ces gens-là pensent être de grands moralistes. Regarde ce qui se passe dans le monde, nous sommes capables de justifier les pires crimes. Nous pensons tous avoir raison. Les humains sont aveugles et destructeurs. Plus vite nous disparaîtrons, mieux ce sera pour la planète.

Il y a de nombreuses références à trois romans majeurs dans The Liberal Politics of Adolf Hitler, 1984 de George Orwell, Le meilleur des mondes d’Aldous Huxley et Fahrenheit 451 de Ray Bradbury. Voulais-tu leur rendre hommage ou penses-tu que la fiction est plus efficace que le pamphlet comme lanceur d’alerte ?

La fiction est une excellente façon de faire passer des idées car elle offre une liberté impossible ailleurs. A certains égards, The Liberal Politics of Adolf Hitler est un hommage à ces auteurs. Les livres que tu cites m’ont beaucoup inspiré quand je les ai lus la première fois, mais plus que tout, je trouve qu’ils reflètent la plupart des choses qui se passent aujourd’hui. La technologie est différente, et aucun d’entre eux n’avait prédit l’internet et la numérisation, et c’est peut-être la raison pour laquelle ils sont un peu oubliés maintenant, et pourtant le double langage orwellien, la manipulation génétique chez Huxley et la destruction par le feu des livres et des idées chez Bradbury sont des trouvailles toutes parfaitement pertinentes en 2016.

1984-bigger.jpg  brave new .jpg  farhrenheit.jpg

The Liberal Politics of Adolf Hitler est très proche de 1984 dans sa narration (il est écrit au passé, les personnages personnifient leur fonction, il y a création d’une Novlangue, d’un univers effrayant), mais j’y vois plus d’ironie. Contrôleur Horace est très cynique et parfois très drôle, comme lorsqu’il affirme que « le meilleur Européen était ennuyeux, et conventionnel, et prêt à obéir à n’importe quel ordre. » Ton livre est moins désespéré, non ?

J’ai beaucoup ri en écrivant ce roman, souvent en jouant avec le langage, en montrant les aveuglements dont sont victimes des personnages comme Contrôleur Horace ou Rupert Ronsberger, et le reconditionnement de la culture m’a donné de bonnes raisons de rigoler aussi. J’espère que les gens saisiront l’humour. Alors oui, il est moins désespéré, il emprunte plus à la satire par moments.

Je suppose que c’est le reflet des époques différentes. Orwell l’a écrit peu de temps après la fin de la seconde guerre mondiale, et le monde qu’il a imaginé est enraciné dans cette horreur, alors que The Liberal Politics of Adolf Hitler reflète la vie en 2016, qui est beaucoup plus facile. Ceux qui veulent nous priver de nos droits sont plus susceptibles d’être sans nom et sans visage, leurs actions nous sont promues comme des avancées morales, et il est facile d’accepter leur propagande. Peut-être que la vérité est trop dure à admettre. Le parallèle peut être fait avec le refus des gens de se confronter à la réalité de l’industrie de la viande.

En lisant les descriptions des villes de l’EUE, j’avais l’impression d’être dans le Village du Prisonnier de Patrick McGoohan. Tout est lisse, propre. Tout semble parfait mais vous ne pouvez pas vous échapper et vous ne savez pas pourquoi vous êtes là. Tu aimais cette série télé ?

J’étais très jeune quand elle est passée la première fois, mais j’ai vu des épisodes depuis et je vois bien quelles comparaisons on peut faire, la psychologie, la folie, quelque chose de kafkaïen. Mais j’avais plus en tête Metropolis ou le Truman Show, avec les dômes de la Potzdamer Platz agrandis pour créer les Portes de l’est. Avec un monde à la Orange mécanique juste là, dehors. J’aurais pu y ajouter la tour Trump comme image de la Tour Nacrée (Ndr : Contrôleur Horace vit au sommet de la Tour Nacrée, dans un appartement de grand luxe, à Bruxelles) après les élections américaines.

film-metropolis32.jpg  truman.jpg  orange.jpg

Comment ton livre a-t-il été perçu en Angleterre ? Tu étais pour le Brexit, mais très éloigné des idées du UKIP sous bien des aspects. N’as-tu pas craint les amalgames ?

Je pense que Nigel Farage et le UKIP ont raison à propos de l’UE. Sans eux, il n’y aurait pas eu de referendum et ça aurait été un désastre pour la Grande-Bretagne. Mais je ne suis pas d’accord avec eux au sujet de la politique intérieure et de leur attention excessive portée à l’immigration. Je n’ai pas peur des amalgames. Il y a des personnes de tous les partis qui ont voté pour quitter l’UE, dont un nombre conséquent de socialistes et d’anarchistes. Le vote pour l’indépendance a traversé les courants. J’ai le sentiment que si le scrutin se tenait demain, la victoire serait encore plus écrasante. Peu de ceux qui ont voté pour le maintien sont pro-UE. Beaucoup ont été influencés par la peur d’un effondrement économique, qui ne s’est pas produit, ou éprouvaient un malaise face à cette focalisation sur l’immigration. Malgré les mensonges du gouvernement, le pays n’est pas divisé.

Je sais que le futur n’est pas écrit, mais ne te fait-il pas du tout peur ? Tu as une confiance absolue en la sagesse de ton peuple ?

J’ai moins peur que si on avait voté pour rester dans l’UE. Si on avait choisi de se maintenir, on aurait légué de plus en plus de pouvoir à Bruxelles, on aurait gaspillé beaucoup d’argent là-dedans, et au final, on aurait fini par passer à l’euro. Je ne veux pas assister à la dissolution de l’Angleterre et de la Grande-Bretagne, et c’est ce qu’il se serait passé en fin de compte – et c’est toujours possible, l’establishment ici fera tout son possible pour ne pas respecter le vote. Je n’ai aucune confiance en notre classe politique pour donner suite au referendum.

Nous avons beaucoup de chance de ne pas faire partie de la monnaie unique. ça signifie que nous pouvons partir relativement facilement. Ce qui n’est pas le cas pour ceux qui sont dans la zone euro. La plupart des gens avec qui j’ai discuté sur le continent ont l’air d’être assommés, comme s’ils avaient laissé tomber. C’est l’impression que j’ai ressentie en parlant avec des amis en France, Grèce, Croatie, Allemagne. Quand la France se rebellera, parce que je suis sûre qu’elle le fera, elle devra affronter de gros problèmes, auxquels nous n’avons pas à faire face. J’ai plus peur pour les Français ou les Grecs que pour les Britanniques.

Dans ton Angleterre Libre, les gens lisent et écoutent du punk rock, ils vont au pub, ils chantent et boivent ensemble, ils ne mangent pas d’animaux et sont proches de la nature, ils sont non-violents mais résistent, ils ont des émotions. Si Heartland est ton enfer, est-ce que l’Angleterre Libre est ton paradis, ton utopie (si l’on excepte qu’ils vivent dans la peur) ? As-tu peur que ce paradis, cette Angleterre que tu aimes, ne soit en train de mourir ? Es-tu mélancolique par anticipation ?

Je ne pense pas qu’une société utopique soit possible, mais je suppose que j’en ai créé une version personnelle d’une certaine façon. Il y a une forme de patriotisme doux qui s’accorde bien avec une politique écologiste et le véganisme, avec des brins d’une pensée venue de l’est combinée à un paganisme local et au socialisme de la chrétienté. J’ai aussi relié les corps anarchistes du Conflit et des SousHumains au punk, et les gars du Wessex et le GB45 plus à une tradition Oï. J’aime des groupes issus de ces deux tendances, ils ont beaucoup en commun. D’aucuns désapprouveront, mais peut-être que mon cerveau fonctionne différemment.

L’Angleterre n’est pas en train de mourir. Elle évolue. Et c’est naturel. Mais c’est mieux d’évoluer selon la volonté du peuple, et de ne pas se plier aux directives des hommes d’affaires et des banquiers, des types qui, à l’autre bout du monde, considèrent Londres comme une opportunité d’investissement. La destruction de Londres et de sa culture est très triste, mais je reste optimiste. J’ai ressenti de l’exaltation alors que le soleil passait sur les toits et que le vote pour quitter l’UE était confirmé. Un frisson m’est passé sur la peau. ça a été l’un des plus beaux jours de ma vie.

Interview en partie publiée dans New Noise n°37 – janvier-février 2017

Publicités

John King : second interview (english version)

jk1-300
Photo : Jaimie MacDonald
In your latest novel, a dystopia, there are no more countries in Europe, but a supranational State, the United State of Europe, run by a technocratic elite. Crats, Bureaus, Controllers are at the service of the centralised power based in Brussels and Berlin. In this New Democracy, “there is no more need for elections.” The Good Europeans are happy to respect the rules. Those who have incorrect ideas, the Commons, are considered as terrorists and must be monitored and repressed. As written on the back cover, « while set in the future, the book is very much about the here and now ». Do you really think that the Europeans live in a travesty of democracy, and that the EU is leading us to dictatorship?

I don’t think it’s that bad yet, but I do believe democracy is being eroded, and at a national level we have seen our elites transferring sovereignty to Brussels. There will always be people and organisations that want to control society, and while we have easy credit and a level of material prosperity, it would be a mistake to think this is no longer true. And so I do feel the EU could become a dictatorship one day, yes, but it would be very different to those we have seen in the past.

We are not talking about screaming leaders and marching soldiers and blitzkrieg invasions. It would be more subtle and longer lasting, achieved through the manipulation of law and a clever use of the internet, the slow brainwashing of populations as history is rewritten and a liberal veneer applied.

They say that the real strength of a totalitarian system is in its bureaucracy rather than its army, and I think of the brilliant novel Alone In Berlin, by Hans Fallada, the fear that the main characters feel, living in a society where nobody dares say what they think, as they are surrounded by informers. I always have George Orwell’s Nineteen Eighty-Four and the ‘power of the proles’ in my mind, where the only hope rests in the people, the potential strength of the masses if only they could unite. In these books, information is controlled and news distorted. What is true and what is not?

The EU’s mission to create a superstate has been played out across the generations, and for decades this slow-motion coup went on in the background, with anyone who questioned it insulted and smeared. But the EU is only a part of something bigger – globalisation, world government, the ever-increasing power of the banks and multinationals, the exploitation of the internet and new technologies.

Isn’t there a kind of provocation in the title you chose The Liberal Politics of Adolf Hitler, a kind of punk provocation?

The title is an absurdity, reflects the extent to which history has been distorted in the era of New Democracy. Hopefully people will only think about it for a few seconds before they move on from the literal meaning. It is doublespeak. Triplespeak even. Again, it matches the way language is warped in the novel. I didn’t think of it as a provocation, but you are right, and there are a lot of punk connections made in the book. As The Clash sang in White Man In Hammersmith Palais: ‘If Adolf Hitler flew in today, they’d send a limousine anyway.’

What unites the Good Europeans is uniformity, conformity, nothing but vacuum. They all think the same, eat the same. Do you consider that the EU denies the specificities, the identities of the different countries?

There has always been that element in society, but it has got bigger, become more accepted and influential. The novel takes things further, to the extent that the thoughts of these Good Europeans are self-censored, an extension of so-called political correctness, which can be stifling and destructive when language and behaviour is misunderstood. I believe in free speech and free thought, but I can see how the first of these at least is being attacked. If you obey the rules you will be rewarded… That is not new.

With regards the EU, what we see today is different to what we will see in a year’s time. It is becoming stronger, dominating national governments, looking to expand its borders, building an empire and thinking about forming an army. Eventually, it has to homogenise the cultures of Europe and create a single identity. It already has a flag, anthem, legislature, paramilitary force. It likes the idea of a giant theme-park full of tourist attractions, but does not want strong local feelings, as these threaten the success of The Project.

In the USE, new rules and regulations are constantly promulgated, rules that can’t be discussed, or understood, by the people. Because « change was good. Change meant progress ». The technos use new words to create new ideas, new absurd concepts. Is it easier to be obeyed when you’re not understood?

Simple feelgood slogans in public, complex and hidden regulations behind the scenes… Undemocratic law-making works its magic.  The idea that all change is good suits business as it means everything has to be replaced, which in turn increases profits. It is perpetual revolution for capitalists and a handy tool to force more debt and through that control on people. The truth is that some change is positive, some change is negative, and we need a balance, but at the moment people are branded backward-looking or nostalgic for trying to preserve or questions things. We see it in ever-changing gadgets and the weight of new regulations, and on a larger scale the disruption of communities through the lust for land and  property and privatisation.

How did you create that Newspeak, that new language, very efficient in your novel? Was it funny to do that?

It developed as I was writing the book, happened naturally, by using words and warping their meaning, adding some childish terms, a sort of ‘baby-talk’ in places, taking to extremes the way language is manipulated today. It was a lot of fun to do. Adding distortion and feedback and turning up the volume like King Tubby! But through words rather than sound.

In your world, History is rewritten. The heroes are the unifiers (Stalin, Hitler, Merkel, Napoleon…) whereas Churchill, for instance, was “a drunkard and a gangster, he was bitterly opposed to unification. He rejected the advances of men such as Controller Adolf and Controller Joe.” Good Europeans are convinced that “there has never been an England. It is a myth.” What’s the importance of History in the building of the future?

There are histories passed down through families and communities, and there are official histories. Both are open to distortion, whether accidental or intentional, and we interpret events according to our own beliefs, but at the state level there are other factors involved. History is essential to building the future, in my opinion. Those with power and wealth and a stake in the EU were furious at Leave voters in the aftermath of the EU referendum here in Britain. They say we are uneducated, stupid, confused, racist, too old. They just can’t accept the people’s view of history, their interpretation of events and sense of identity.

My novel White Trash looked at these same prejudices, the division between those with power and those without. The accusation that older people were somehow selfish and cruel for voting to leave the EU is revealing. The Remain campaign insisted that leaving the EU was somehow backward and inward looking, but this is not how the majority saw things. Voting for independence was all about the future, wanting to be free of an undemocratic system, looking to engage with the wider world. Older people were less afraid than the young, as they have seen the EU evolve, know its history and where it is going.

Where are the young going to hear the most honest history? From their families and communities, or from a government that is in bed with the banks and multinationals, a collection of careerists working for their own rewards? These attempts to turn families against each other, to divide young and old, is a disgrace.

A Free England, far from Heartland, still exists. These locals are seen as under-educated and dangerous by Good Europeans. « The Commons could never be left to their own devices. » Is this a version of the elite versus the people, as in true life?

Yes, and we see this beyond England, and it goes back through time. The kings and queens of the past, who intermarried and controlled Europe, have been replaced by an international set that preaches liberal values but does not live them. They share the same elitist culture of past royals and landowners, have a similar distaste for the masses. It is the same in France I am sure, and across Europe and the rest of the world.

Concerning the kings and queens, what do you think about the monarchy in the UK? doesn’t this system cost you a lot of money?

I think most people here like the queen. It might seem like a contradiction to some of my other views, and really it is, but I am not anti-monarchist and wouldn’t like to see it disbanded. I don’t feel subservient, feel they have no political power, represent a tradition and are a focal point for our country when it is being threatened. I don’t care about the wider monarchy though, the land-owners and all the rest of them.

There is a continuity many people like about the queen, as she has lived through so many stages of our modern history, but I don’t know what will happen when she dies. The royals do cost a lot of money, but the argument is that they pull in more through tourism. People say it would change society if we no longer had a king or queen, that we could have a president like other countries, but who would we get? Tony Blair? Nick Clegg? Sir Bob Geldof? I would much rather have Queen Elizabeth. I am pretty sure Johnny Rotten loves the queen as well.

One of your character in Free England says : « The old Saxon burr of the Southern and Eastern shires had been insulted for centuries by the Latin – and French-loving aristocracy, the Europeanised rulers of the pre-bubblehead days driving a racial prejudice that still persisted. » Do you feel that?

Yes. There is a big division in the English language, as well as the accents. It is the difference between ‘fuck’ and ‘copulate’ – one is a swear word and the other is ‘proper’ English. The monarchy and upper-class was often foreign / international, interbred and even spoke a different language to the masses. The natives were seen as low class and ignorant, as were their customs and culture. That is still true today.

European culture has always been prized as more sophisticated by the rich of this country, and when a new middle-class evolved it followed the pattern as they mimicked the upper-class. This brings us back to the European Union and the division between the feelings of the masses and the drives of the rich and those with power. It is a very old prejudice being replayed. Again, it is stripped bare in The Liberal Politics Of Adolf Hitler.

For you, the only way for people to recover their identity, to fight against the contempt of the elite, to be free, is to leave the EU? Brexit cannot be an end in itself…

It is not the only way, and voting to leave is not an end in itself, but it is a start, and it will certainly help us to preserve our identity. The vote to leave the EU was a major defeat for the elite, but they are still here, and the battle now is to make sure there is a proper Brexit, as they will do everything they can to not honour the decision. This involves leaving the ‘single market’ and customs union, and if we achieve this, the domestic battle will be over the nature of the society we build in the future. That never changes. But staying in the EU would have been a disaster. Half-leaving would be little better.

In your Free villages, people are quite self-sufficient. Values such as solidarity, friendship, respect of the elders are not empty words. Is localism the solution?

The Liberal Politics Of Adolf Hitler is a very green novel. It is all about localism. The decentralisation of power. People working for each other, beyond the profit motive.

As countries do not exist any more in the USE, and rebels fight for the defense of the English nation, is localism a form of patriotism in your novel?

I try to link localism and patriotism in the novel, as they are the same thing in many ways, even if expressed differently. That is maybe a provocation for some people, especially in some left-leaning and green and liberal circles, as any display of patriotism is seen as right-wing and evil. I think it is positive that people are cautious, but that reaction can also become bigoted in its own right. By seeing the common ground it is possible to bring people together. So yes, patriotism is localism and localism could be patriotic.

During the referendum campaign, people who were for leaving the EU have been accused of racism, which made you very angry. You use that formula in your book. The Commons are supposed to be racists, and « Racists questioned the centralisation of power. « Can you explain us?

It is easy to brand someone a racist or a fascist in order to shut down an argument. There are racists who voted to leave the EU, and there are racists who voted to remain I am sure, and the media focus on immigration was a way of distracting from the important issues. The other area of ‘debate’ was trade. That was it. There was hardly any discussion of where the EU is heading. It became a TV spectacle with politicians shouting at each other. For me and most people I know it has always been about the loss of democracy, identity, the corporate nature of the EU. But these ‘racist’ and ‘fascist’ smears have been around for decades.

I think those who throw the terms about so loosely are cheapening their meaning.

The EU is not to be blamed for all evils, though. England itself, and all its governments from at least the 80’s, are guilty of contempt towards its people, and proletarians suffered a lot with laws on the NHS, the railways, the education, the trade-unions, the employment contracts… When you write about the USE : « Love flowed when credit was available and profits increased », isn’t it a good definition of capitalistic Britain?

Definitely. The British establishment and the EU establishment can’t be separated. They are the same people. UK governments have looked to change the NHS, privatised the railways and other core industries, attacked the unions, and this is what the EU is doing on a larger scale. The British state took us into EU and kept us there and campaigned to remain during the referendum. It handed over sovereignty and billions of pounds of taxpayers money and betrayed the people. To fight back against the ‘liberalisation’ of the NHS and renationalise the railways, protect wages through the control of labour, well, we have to be outside the EU as it laws and directives oppose such moves, but we also need a change of government. We would benefit from a new sort of politics, and this seems to be happening. You don’t have to agree with them, but the success of the SNP and UKIP, the changes within Labour, are all big shifts. Rejecting the Brussels elite was the same as rejecting the British elite.

Doesn’t the elite of a country include also the intellectuals, the writers, the scientists, the poets…? Do those people have to be rejected like those who have the money and the power?

It’s down to definitions really, and the term is loaded, whether we are seeing the elite as elitist, but these people you mention should really be separate. If anything, you’d hope that writers and poets and philosophers are far removed from the elite, so that they can question things properly, but there is a system that takes people from these and other fields and controls them through financial rewards and honours. Not so much with science, but culture.  Universities are there to channel thought, to control and redirect it, and that in turn links into the elite – in my opinion. If you obey and fall into line, life is a lot easier.

Who decides who is the best in a specific field? There is a canon in literature, for instance, but that is decided by a professional class that imposes rules and even censorship. But we shouldn’t reject anyone for their background or their wealth, but listen to what they say and work out what they believe. You can be born into an elite, but rebel as well. We have to be fair.

Wasn’t the EU a beautiful idea at the beginning? Wasn’t its aim to unite people and stop wars?  If not, why did they build it? And why is the elite still so committed to this idea?

The idea to create a single European state goes back much further than the Second World War, though the need to stop future conflicts between Germany and France was clearly important. But it was the US military and NATO that preserved the peace. Maybe that is why so many European governments have been negative towards the US over the years. The same applies to Britain and Russia. Do someone a favour and they never forgive you…

There were idealists involved in the formation of the EU, I would never deny that, and there are now as well, but as someone who wants England and Britain to not be broken into regions of a European empire I reject it, and I also reject it for its political leanings.

There is another argument that says the EU was created to limit the social gains made after the end of the Second World War, to protect capitalism and the Western elites. Others say it has fascist foundations. The Nazis were white supremacists more than nationalists. They wanted to build a European superstate, but were defeated by patriots who fought to save their cultures as expressed through the nation state. We fought to save Britain, the French Resistance and Free French fought to save France, the Russians fought to save Russia, not communism. They call it the Great Patriotic War. There are a lot of different views on the origins of the EU, and I don’t think it is wrong to consider them.

In your novel, all the Good Europeans share the same culture, a kind of watered-down remixed culture. They listen to soft versions of Abba, The Rubbettes or Jean Rotten. Physical books or records are prohibited. Are technology and digitisation dangerous?

Technology isn’t dangerous, but the way it’s used can be. In the book, digitisation has been enforced as a means of social control. Humans evolved ways of passing information on to future generations, tried to beat death and time and share their experiences and knowledge, but digital versions of books, films, photos, history only exist in cyberspace. By accident or on purpose, history could be lost if there are no physical records.

To publish physical books and defend english literature, is that why you’ve created London Books?

We started London Books because there were these old London novels that we thought deserved to be in print, and while I tried to interest a couple of publishers, there was no reaction, and so we started to put them out ourselves under the London Classics imprint. I edit the London Classics and our aim is to produce a series that reflect a forgotten – and I believe dismissed – literature that is socially aware and for the most part based in and around working-class London. It is another view of the city. And if we had the resources we would like to print more new fiction, give a chance to emerging writers from the wider population, but we are small and our main work is as authors, so progress is very slow. We want to represent another tradition, a strand of English literature that has been marginalised.

In your novel, he internet has moved into InterZone, a large social network where everybody shares the same information at the same time. Isn’t the internet also a big space for freedom and democracy?

The internet is a miracle of science, means everyone can in theory bypass the controllers, but there are negatives, and I think it is only a matter of time before it is taxed and more intrusive surveillance is brought in. It is already happening, as we know, and while there is a casual jeans-and-trainers image applied to the internet, the companies driving it are billion-dollar concerns.

Maybe there are two areas to think about – opinions and news/information. Every opinion imaginable is out there, but with the ‘following’ of twitter and the ‘friends’ of facebook, holding a different view can see person insulted in a way that would never happen in real life. Individuals can be destroyed, and not just by trolls. People are scared to say what they think. So we are more connected, but in a way more restricted.

When it comes to information, how do we know what is true and what is not? Stories can be invented and circulated and accepted as truth, which seems to have happened on a large scale during the American election. I have taken this on in The Liberal Politics Of Adolf Hitler, shown a society where official views are accepted and any sort of argument has been removed through peer pressure and self-preservation.

« Privacy was suspect. » The technology allows a frightening surveillance. Terror is diffuse but real. Everybody is watching you, can be an informer and call the Cool or Hardcore Units. (and If I remember well, London was one of the first major cities to install security cameras). Do you think people are ready to sacrifice their freedom for their security?

There is a lot of appeal in the ability of surveillance cameras to stop crime, or at least track down those responsible, and I think most people tend to accept that as a good thing. But there has to be a limit. Once the cameras are accepted, then the boundary is pushed, and it is much more devious and intrusive inside computers and mobile phones. This has led to a change in mentality. People are filmed and embarrassed and shamed on the internet. They are increasingly tracked and monitored through their devices.

Privacy is no longer respected in the way it used to be, and there are spies and informers everywhere, waiting to tell tales, keen to brand people for the smallest of ‘crimes’. It is becoming more and more petty. Soon there will be nowhere to hide and it could be similar to sleep deprivation maybe. People need privacy and some secrecy and can’t be on guard every second of their lives. They will go mad. Can we still function as individuals if we can never relax? We need privacy.

Don’t people take pleasure in a voluntary servitude? Nobody is forced to go to Starbucks or MacDonald’s instead of pubs, or obliged to buy the latest connected gadget, or watch stupid TV programs.

Most of us like an easy life. The dictators of the future will exploit this, I am sure. Why make people suffer and force them to fight you? The modern leaders will not be ideologues in the same way as Hitler and Stalin. People will want the toys and accept the debt. A remixed version of Sixteen Tons by Tennessee Ernie Ford is going to play the shopping malls of the world. None of the physical hardship, but lots of pressure to keep working.

Rupert is a kind oh a libertarian. As a Good European, he is encouraged to be cruel with animals, to have sex with dates who come from Africa and have been deported, educated for his sexual pleasure. There are no more « moral » values in the USE. Those who have the power can do anything. Are they human anymore?

They are human, because humans can justify anything to excuse their behaviour, and that is what Rupert does when it comes to animals and dates, but he is backed up by those around him, which is essential. He sees himself as very moral, and more so than the commons, and really, people’s morals vary, don’t they, and between different societies as well. Those examples of animal cruelty and the exploitation of women are hidden behind the label ‘freedom of choice’, and again that is the same today.

These careerists of the future are only taking what we have now and moving it on. There are some people here in Britain, and probably elsewhere, who want to show the mechanics of animal slaughter, to be ‘honest’ about where meat comes from, and then to justify the killing as ‘humane’ and ‘necessary’, and above all as free choice – a free choice we make. The same applies to prostitution and pornography. They feel they are great moralists. Look across the world and we can justify the worst crimes. We all feel we are right. Humans are self-deceiving and destructive. The sooner we die out, the better for the planet.

There are lots of references to three major novels in The Liberal Politics of Adolf Hitler, George Orwell’s Nineteen Eighty-Four, Aldous Huxley’s Brave New World and Ray Bradbury’s Fahrenheit 451. Did you want to pay tribute to them or do you think that fiction is more effective than pamphlet as whistle-blower?

Fiction is a great way to get ideas across as it offers a freedom non-fiction does not. It can feel much more personal and immediate. The Liberal Politics Of Adolf Hitler is a tribute to those authors in some ways. The books you mention were inspiring when I first read them, but more than anything I feel they reflect much of what is happening today. The technology is different, as none of them predicted the internet and digitisation, and maybe they are overlooked a little now for that reason, and yet Orwellian doublespeak and Huxley’s genetic engineering and Bradbury’s burning of books and ideas are all totally relevant to 2016.

The Liberal Politics of Adolf Hitler is very near 1984 in the narration (it is written in the past, the characters embody their functions, there is a creation of a Newspeak, of a frightening world) but I see more irony in it. Controller Horace is very cynical (« The best European was boring and conventional and ready to obey every order ») and sometimes very funny. Your book is less desperate, isn’t it?

I did laugh a lot when I was writing this book, often when playing with language, showing the self-deceptions of characters such as Controller Horace and Rupert Ronsberger, but the repackaging of culture meant I could have fun there as well. I hope people get the humour, and yes, it is less desperate than Nineteen Eighty-Four, more of a satire in places.

I suppose this reflects the different eras, as Orwell was writing shortly after the end of the Second World War, and the world he imagined was rooted in that horror, while The Liberal Politics Of Adolf Hitler reflects life in 2016, which is much easier. Those who want to strip back our rights are more likely to be faceless and nameless, their actions marketed as moral advancements, and it is easy to accept the propaganda. Maybe the reality is too terrible to admit. A parallel is there in people’s refusal to confront the meat industry.

As I read the description of the cities in the USE, I felt like I was in the Village of Patrick McGoohan’s The Prisoner. Everything is clean, fine but it is impossible to escape, and you don’t know why you’re here. Did you like that television series?

I was very young when it was first shown, but I have seen episodes since and can see the comparisons, the psychology and the madness, like something from Franz Kafka. Maybe I had the likes of Metropolis and The Truman Show in my head more, the Potzdamer Platz domes in Berlin enlarged for the East Side Gates. A Clockwork Orange world just outside. I could add Trump Tower as Pearly Tower after the American election.

How has your book been received in England? You were for Brexit but far from the UKIP ideas in many ways. Didn’t you fear the confusion?

I think Nigel Farage and UKIP are right about the EU, and without them there would have been no referendum, and Britain would have faced disaster, but I don’t agree with their domestic policies or the excessive focus on immigration. I don’t fear confusion. There are people from every party who voted to leave the EU, with big numbers of socialists and anarchists among them. The independence vote crossed over. My feeling is that if the vote was held tomorrow, the victory would be much greater. Few who voted to stay in the EU are pro-EU. Many were swayed by fears of an economic collapse, which has not happened, as well as an unease over the focus on immigration. Despite establishment lies, the country does not feel divided. At least not in terms of numbers.

I know that the future is unwritten but aren’t you afraid of it? Do you have absolute confidence in your people’s wisdom?

I feel less afraid that I would have done if we had voted to stay in the EU. If we had chosen to remain we would have seen more and more power handed to Brussels, more money wasted and, in time, we would have joined the euro. I don’t want to see Britain and England dissolved, and that is what would have happened eventually – and still could, because the establishment here will do everything it can to not honour the vote. I do not trust our political class to deliver on the referendum.

We are very lucky that we are not part of the single currency as it means we can make a relatively easy break. The same cannot be said for those in the eurozone. Most people I have spoken to on the continent seem crushed, as if they have given up. This is my impression talking to friends from France, Greece, Croatia, Germany. When France rebels, as I believe it will, there are going to be huge problems, the sort of things have not had to face. I am more afraid for the likes of France and Greece than I am for Britain.

In your Free England, people read and listen to punk rock, they go to the pub, they sing and drink together, they don’t eat animals and are close to nature, they are non-violent but resist, they have emotions. If Heartland is your hell, is Free England your heaven, your utopia (if we except the fear they live in)? Are you scared that this heaven, the England you love, is dying? Are you melancholic in anticipation?

I don’t think a Utopian society is possible, but I suppose I have created my own version in a way. There is a gentle patriotism that fits with green politics and veganism and strands of Eastern thought combined with a native paganism and the socialism of Christianity. I have punk links in the anarchist bodies Conflict and the Subhumans, while the Wessex Boys and GB45 follow the Oi Oi tradition. I like bands from both these areas, feel they have a great deal in common. Others won’t agree, but maybe my brain is wired up differently.

England isn’t dying. It is evolving. Which is natural. But it is better evolving from the people up, not have its direction shaped by businessmen and bankers, people from the other side of the globe who see London as nothing more than an investment opportunity. The destruction of London and its culture is very sad, but I am an optimist. I was elated as the sun came up over the rooftops and the vote to leave the EU was confirmed. My skin tingled. It was one of the happiest days of my life.

the-liberal

Interview published in New Noise n°37 – january-february 2017

The Liberal Politics of Adolf Hitler de John King

the-liberal

Rupert Rosenberg ne se pose pas de questions, il croit et ça le rend heureux. C’est un Bureau, un Crate de niveau B-, mais il sera bientôt A-, puis A+, puis Super, et pourquoi pas un jour Contrôleur ? Il fait son job avec zèle et sa hiérarchie apprécie. Il est un maillon essentiel au développement de la Nouvelle Démocratie. Il œuvre, depuis Londres, pour l’Etat Uni d’Europe, l’EUE. Les pays n’existent plus, les Bons Européens aiment le Nouvel Ordre, les Technos font les lois et ces lois sont justes, elles visent le bonheur, à travers un marché complètement ouvert où les profits sont encouragés. L’EUE a éduqué les masses, tendrement. Il reste des zones dangereuses, insoumises où des individus n’ont pas compris encore la joie qu’ils tireraient à se plier aux règles, des zones où il demeure des degrés inacceptables d’Anglitude, de Britannité, au-delà du Mur. Là-bas, des Locaux, des Communs, des Singes, vivent dans ce qu’ils appellent des Villes Anglaises Libres qui ne sont que des Zones Réactionnaires réfractaires à la culture homogène de Heartland. Comme partout, ils seront bientôt matés, en douceur. Le travail de Rupert ? Analyser les profils de Communs, vérifier que leurs actes ou leurs pensées incorrectes ne mettent pas en péril le pouvoir chéri de Bruxelles ou de Berlin. Sur son terminal, des visages défilent. Les terroristes sont prêts à tout. Sur son ordinateur, il inspecte des fiches signalétiques. Il peut se rendre virtuellement chez les individus suspects. Au moindre doute, il envoie les unités Cool, voire Hardcore, pour de plus amples vérifications. Les brigades sont là pour appliquer la répression si besoin. Et il passe à une autre fiche. Le passé n’a pas d’intérêt, seul le Changement est bon. Le Changement signifie le Progrès. Sur son écran de veille, les portraits des grands unificateurs : Adenauer, César, Charlemagne, Napoléon, Staline, Hitler, Juncker, Merkel. Sa tâche accomplie, il peut se relâcher, aller au Tenderburger manger du kangourou, du panda, se choisir une partenaire pour la soirée, une soumise venue d’Afrique ou d’Asie, sauvée de la barbarie et gracieusement éduquée dans un camp spécial pour assouvir ses plaisirs sexuels.

Horace Starski est Contrôleur. Il habite au sommet de la Tour Monnet, à Bruxelles. Au-dessus de lui, il n’y a que le président de l’EUE. Nommé, comme lui. Pour son mérite, son implication. Les élections n’existent plus. A quoi bon ? On ne peut pas se fier au Peuple pour faire les bons choix. Et le peuple européen en est très heureux. Horace veille à ce que les lois et directives soient appliquées, à ce que les Technos en inventent toujours de nouvelles, parce non seulement le Changement est important, mais aussi la rapidité à laquelle il se produit. La Vérité est un processus qui a besoin de muter, d’émerger sous des formes continuellement renouvelées. Il fait du bon travail. Heartland peut dormir tranquille. Sous leurs dômes de verre, les villes européennes sont protégées. La climatisation est bien réglée, l’air aseptisé. Les animaux sauvages sont éradiqués. A l’extérieur, quelques zones de résistance subsistent, où les racistes remettent en question la centralisation du pouvoir, mais elles seront vite annexées. Les Bons Européens ont compris ce qui est bien pour eux. Avec leurs Paumes, ces terminaux intégrés au creux de leurs mains, ils peuvent déployer dans la seconde toute information suspecte sur l’InterZone, cet immense réseau social. Ils sont leurs propres gardiens. Everybody is watching you. Horace vit dans le luxe. Il en est digne. Il doit partir en mission à Londres. Il n’en a pas envie. Cette ville lui rappelle l’Ancienne Angleterre qu’il a contribué à détruire, elle lui rappelle un ancien amour. Parce qu’il a des souvenirs d’avant. Des souvenirs qui le rendent triste. Il n’aime pas ça.

Kenny Jackson est un Commun, il vit au-delà de la Reading Line, dans un village (encore) anglais. Ici, pas de dôme, pas de climatisation. Le froid mord les visages. Mais il y a le pub, la bière, les amis pour réchauffer les cœurs. Kenny s’est improvisé bibliothécaire. Il collecte les livres qui ont échappé à la destruction. C’est interdit. Comme les vinyles. L’EUE ne tolère que la culture digitalisée, plus facile à contrôler, à recycler. Ici, les gens ont une mémoire. Ils savent la Guerre et leur fierté de l’avoir gagnée. Churchill n’est pas un traître, c’est un héros. Kenny est membre des GB45. Il voudrait reconquérir Londres, dont on l’a chassé enfant. Il risque gros. Il n’y a pas de caméras de surveillance ici, pas d’InterZone, mais peut-être des espions.

Les trois personnages principaux convergent vers Londres.

John King est en colère contre la technocratie et les dérives bureaucratiques de l’Union Européenne, vous l’aurez compris. Et quand il est en colère, il écrit. Un pamphlet ? Non, une fiction, une dystopie féroce. Il crée un monde, il raconte un futur plausible qui emprunte à son maître Orwell son efficacité narrative. Comme dans 1984, le récit se déroule au passé et s’incarne au travers de quelques personnages, avatars de figures qui deviennent emblématiques de leur monde.

Partant du postulat que le véritable pouvoir est à Bruxelles et Berlin, dans les mains des financiers et des bureaucrates, il force le trait et imagine l’univers aseptisé, homogénéisé dans lequel, selon lui, l’UE est en train, sans violence, de précipiter les peuples européens. Il ose et ça fonctionne. Il ose invoquer le nom d’Hitler pour mettre en garde contre un révisionnisme historique et culturel qu’il juge dangereux. L’UE, à coup de décrets et de règles, impose à tous un modèle standardisé, un immense marché où chacun d’entre nous allons acheter les mêmes produits, manger la même malbouffe, vivre la même vie robotique, sans saveur et sans émotion. Il interroge la démocratie. Certaines lois qui régissent notre existence quotidienne ont été édictées d’en haut, de là-bas, sans qu’on nous demande notre avis. Les gouvernements nationaux n’ont aucun pouvoir. Les élections ne servent à rien. Nous nous complaisons, selon lui, dans un simulacre de suffrage universel.

The Liberal Politics of Adolf Hitler se veut un avertissement. Si l’ironie y est plus présente que dans 1984 (Rupert en tenue de soirée, attifé d’un polo rose Lacoste et d’une casquette blanche à la Rubbettes est irrésistible), il n’en est pas moins efficace par le malaise qu’il instille et les nombreuses questions dérangeantes qu’il suscite.

Doit-on tout accepter pour finir par tous se ressembler ? Doit-on parler la même langue, une novlangue vide de sens sous prétexte de mieux se comprendre ? Faut-il se précipiter sur toutes les dernières technologies et se laisser épier, observer sous prétexte de sécurité ?

John King frappe fort, il tabasse même. L’uniformisation de la culture, la gentrification, la négation du passé, tout ça le gonfle sévère. Et que dire du mépris du peuple par les élites, de la cruauté envers les animaux, du double-langage et de cette servitude volontaire dont nous faisons preuve, par flemme et grâce à une propagande savamment instaurée ?

The Liberal Politics of Adolf Hitler oppose deux mondes. Celui, robotique, froid et répressif des villes de l’EUE. Malheur à qui refuse de se conformer, de travailler pour le profit. Et celui des villages dissidents. Là, King donne toute la mesure de son talent. Quand il dépeint l’Angleterre qu’il aime, les pubs, la musique, la littérature, la solidarité, l’amour. Ce monde qu’il a peur de voir disparaître avec les grandes chaînes commerciales, la standardisation des cultures et des paysages. Cette colère qu’il exprime quand on lui nie sa fierté d’être anglais, d’appartenir à un peuple qui a gagné la guerre et veut continuer à boire sa bière dans des pintes.

John King a écrit The Liberal Politics of Adolf Hitler pour dénoncer les excès de la technocratie et convaincre ses contemporains de quitter l’Union Européenne. Il est heureux que le Brexit l’ait emporté. Il n’y aurait donc pas que des adeptes du UKIP dans ce camp ? Il semblerait qu’il existe un courant de pensée en Angleterre dont les médias se sont peu fait le relais, un courant humaniste, qui s’insurge contre le libéralisme outrancier, défend les services publics et les syndicats, croit que les solutions sont à trouver dans le local, veut récupérer sa voix au chapitre.

Quand on lui dit qu’on est triste que l’Angleterre parte de l’UE, King répond qu’elle quitte l’UE, pas l’Europe. Quand on lui dit que c’était une belle idée au départ, pour empêcher les guerres, il répond qu’il y a peu de chance que l’Angleterre déclare la guerre à l’Allemagne. Quand on lui demande s’il n’a pas peur de l’avenir, il répond qu’il ne faut pas mésestimer le peuple anglais, sa capacité à se réinventer, à intégrer de nouveaux arrivants et de nouvelles idées, à puiser dans son passé la force de se bâtir un avenir radieux.

Well, the future is unwritten.

The Liberal Politics of Adolf Hitler / John King. London Books, 2016

L’anaconda de M. G. Lewis

Anaconda.jpg

Matthew Gregory Lewis (1775-1818) connut un immense succès avec Le Moine, en 1796, roman gothique qui terrifia les lecteurs de l’époque. Les éditions Finitude ont l’excellente idée de (re)publier L’anaconda, dans une nouvelle traduction et une mise en page soignée.

Everard Brooke est de retour à Londres après un séjour à Ceylan. Il est riche et on ne sait comment il a fait fortune. Accusé des pires crimes, il se doit de sauver son honneur et fait donc le récit de ses périples sri-lankais, propulsant son auditoire en pleine jungle, narrant avec force détails sa rencontre horrifique avec l’anaconda exotique du titre.

Chaleur suffocante, serpent vicieux autant qu’immense, esclaves dévoués, femmes qui tournent de l’œil, sur une île nimbée de mystères et peuplée d’autochtones aux mœurs sibyllines, Everard s’y entend pour faire frissonner de terreur. Le reptile résiste aux balles, au feu ; ses yeux lancent des éclairs dans la nuit ; il saute de branche en branche et se dissimule pour mieux se précipiter sur sa proie et l’engloutir d’une seule bouchée après avoir brisé ses os de ses anneaux puissants.

Bien sûr, le lecteur d’aujourd’hui ne saurait s’étourdir d’effroi à la découverte de ce texte. Certaines évocations ou exagérations le feront même sourire. Il tombera néanmoins sous le charme d’une langue joliment désuète et voudra savoir comment Everard, Indiana Jones avant l’heure, terrassera le monstre.

L’anaconda / M. G. Lewis. trad. de Pauline Tardieu-Collinet. Finitude, 2016