Petit éloge du zen de Sébastien Raizer

Petit-eloge-du-zen

« La simplicité du zen et son immédiateté renvoient à une liberté absolue, vertigineuse, traversée d’une violente poésie. Il est le souffle d’une vie et il est une expérience totale. »

Oublions tout ce que la philosophie, la religion et la morale occidentales ont fait de nous et plongeons dans l’expérience zen. Car il s’agit bien d’une expérience qui demande une pratique, et ne saurait être résumée à la seule connaissance, dont le principe fondateur est simple : « atteindre une perception claire et totale de l’ici et du maintenant ». Nitobe Inazo, en 1899, dans son Bushido, l’âme du Japon, définit le zen comme « l’effort humain pour atteindre par la méditation les sphères de la pensée qui se trouvent au-delà du champ de l’expression verbale ». Dit comme ça, la quête a l’air aisée, et c’est tout l’intérêt de ce traité court, dense et érudit, que de nous convaincre de l’évidente, universelle accessibilité du zen.

Malin, Sébastien Raizer. Plutôt que d’assommer le lecteur sous des tonnes de préceptes abscons au risque de le perdre, il le prend par la main, lui faisant retracer, dans ses pas, le chemin que lui-même a parcouru à la poursuite du zen, la spiritualité des samouraïs. Raizer se place dans la peau du novice et nous fait part de ses découvertes progressives. Nous voilà, petits scarabées attentifs, guidés par le maître, tout à sa tâche pédagogique, désireux de ne laisser aucun élève à la traîne. Le voyage est donc historique, géographique, sensoriel, personnel.

De ses premiers voyages en Asie du Sud-est, au Laos, en Thaïlande, à Bangkok notamment, Sébastien Raizer avait rapporté des senteurs, des sensations, il s’en était tenu au rôle d’observateur. Un dernier voyage le mènera « naturellement » au Japon, en immersion dans cette branche du bouddhisme appelée zen, et spécifiquement le zen rinzai, apanage des samouraïs. Nous suivons ses traces, depuis son retour à Bangkok, son détour par le Cambodge et ses premières expériences de méditation dans les jardins zen, du côté de Siem Reap, où il apprend « à respirer », à son passage en Corée. Sur la route, il digresse, raconte ses rencontres, les paysages sublimes, ses errements drolatiques. Il résume ses lectures, retraçant l’historique du zen, détaillant les différentes écoles.

Son arrivée à Kyoto met un terme au voyage. Il y éprouve une sensation d’apaisement, de flottement, cette impression évidente d’être à sa place, et acquiert la certitude qu’il ne repartira plus, d’autant que l’amour est là, lui aussi. Sa découverte du zazen, pratique (éprouvante) qui consiste à rester assis des heures, dans le froid glacial d’un temple, et dont le but est de ne rien faire sans rien faire, est la prochaine étape de sa recherche intérieure. Dans le zazen : « On ne pense pas mais l’inconscient s’élève. On pense inconsciemment à partir du cerveau profond. Notre conscience s’élargit et s’étend à tout le cosmos. Notre cerveau parvient à la tranquillité parfaite et les neurones de notre cerveau acquièrent la même vibration que celle de l’univers. »  Sa maîtrise de l’Iai-do, sabre japonais, zazen d’action, complétera son expérience vers une forme de plénitude.

Le Petit éloge du zen, extrêmement documenté, n’a rien d’un traité dogmatique ou pontifiant. Abordable aux esprits simplement curieux, il permet d’entrevoir l’homme, à travers son humour et son désir de « quelque chose qui incorporait, unissait, transcendait les différents territoires physiques, psychiques et spirituels du réel, ainsi que les extrêmes de la vie et de la mort. » Il fait écho et éclaire d’une belle lumière son œuvre L’Alignement des équinoxes, trilogie parue à la Série noire.

Marathonien, féru depuis longtemps de spiritualité orientale, traducteur de l’Hagakure, le livre secret des samouraïs, Raizer avait des atouts pour accomplir sa quête. Gageons que pour nous autres, petits scarabées, la route vers la sagesse sera plus escarpée.

Petit éloge du zen / Sébastien Raizer. Gallimard, 2017

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s