La fille aux papillons de Rene Denfeld

Naomi est spécialisée dans la recherche d’enfants disparus, le dernier recours pour des parents désespérés après l’abandon des enquêtes de police. Si elle fait preuve d’autant d’empathie envers les gosses souvent kidnappés dont elle tente de trouver la trace, c’est parce qu’elle-même a été enlevée quand elle avait quatre ans, séquestrée avant de réussir à s’échapper, sans plus de souvenirs que celui de sa sœur cadette qu’elle a laissée derrière elle, aux mains de leur ravisseur. Vingt-cinq ans après les faits, rongée par une culpabilité qui l’étouffe, elle décide de remonter le fil de son histoire, de retourner sur les lieux du drame et de poursuivre la quête de sa vie. Alors qu’elle commence ses investigations à Portland, Oregon, des cadavres de jeunes filles sont repêchés dans la rivière. Qui s’en prend à elles, adolescentes laissées pour compte, fugueuses, enfants des rues ? La prochaine victime sera-t-elle Celia, 12 ans, pour laquelle Naomi s’est prise d’affection ? Les deux enquêtes vont se recouper au cours du récit.

Il y a de beaux passages, des évocations sensibles dans La fille aux papillons. La description des difficultés de ces bandes d’ados fragiles dans un univers d’une violence implacable, les relations toxiques dont ils sont victimes dans leurs cercles familiaux, le rejet qu’ils subissent de la part d’une société qui ferme les yeux sur leur détresse sont parfaitement documentés et transcrits avec délicatesse. La relation de Celia avec sa petite sœur, rappel de sentiments vécus par Naomi, il y a longtemps, est touchante. Le sort des sociétés indiennes, incarnées par le mari de l’héroïne, révolte.

Néanmoins, si l’on a plaisir à retrouver Naomi, après l’émouvant Trouver l’enfant, il faut tout de même faire abstraction des ficelles grossières avec lesquelles l’auteure tisse son histoire pour être touché par ce roman-ci. Les hasards bienheureux, les invraisemblances, la fin particulièrement peu crédible gâchent un peu l’ensemble. C’était surtout la figure de la petite captive, sa voix enfantine, ses mots simples, sa façon de voir le monde qui nous avaient atteint lors du premier épisode, et non la dextérité de l’enquêtrice en elle-même. Et l’on se prend à regretter que Rene Denfeld ne se soit contentée d’une enquête à la fois moins tarabiscotée et moins téléphonée, plus centrée sur ses personnages, et donc plus efficace.

La fille aux papillons / Rene Denfeld. trad. de Pierre Bondil, Rivages noir, 2020

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s