Le fracas d’une vague de Mark SaFranko

fracas.jpg

Plus c’est long, plus c’est bon ?  Pas toujours !

« Sans vous, je ne serais rien d’autre qu’une voix dans le désert », affirme SaFranko dans la préface du fracas d’une vague. Vous ? Les éditeurs français qui, poursuivant le travail de feu les éditions 13e note, continuent à faire découvrir au public cet auteur magnifique. Il faut dire que, tel d’autres écrivains considérés ici comme majeurs, pour ne pas dire cultes, Fante, Stokoe ou Bukowski, il a souvent eu du mal à se faire publier, là-bas, aux Etats-Unis. La parution de Suicide, chez Inculte et la réédition de Putain d’Olivia ou encore d’Un faux pas chez La Dragonne ces derniers mois ont témoigné de cet intérêt français toujours vif.

Avec Le fracas d’une vague, Kicking Books clôt en beauté cette année SaFranko. Publié sous la direction de Sam Guillerand, ce recueil de six nouvelles, suivi de poèmes et d’un long entretien, forme un bel objet, illustré des sobres linogravures de Delphine Bucher qui collent à l’ambiance. Le travail est soigné, la maquette belle, le contenu joliment traduit. Contrairement aux autres parutions récentes, le parti pris a été de mettre en avant une facette moins connue du touche-à-tout, musicien, dramaturge, romancier : ses nouvelles.

SaFranko dit se considérer comme nouvelliste avant tout, et l’on comprend pourquoi à la lecture de ces textes courts. En quelques pages, il faut aller à l’essentiel, gommer le gras, racler l’os pour ne donner à voir que ce qui compte, la moelle, tout en respectant la cohérence interne du récit. Il faut raconter une histoire avec ni trop de mots, ni pas assez.

Le fracas d’une vague livre de beaux exemples de cet art particulier tout en soulignant ce qui fait la force de SaFranko, l’apparente facilité de ses écrits cachant l’immense difficulté de dire le réel sans artifice. Dire le quotidien en sonnant juste, dans une langue de tous les jours.

Certaines nouvelles puisent leur inspiration de ses nombreux voyages à travers les US. En déplaçant ainsi le décor de la ville à la campagne, il nous dit que la nature omniprésente n’est pas moins hostile que la fureur urbaine. L’environnement importe peu. Et s’il s’éloigne de sa propre expérience, comme il le fait dans ses romans mettant en scène Max Zajack, ces histoires n’en sont pas moins personnelles, tant il tire des gens qu’il croise une forme d’universalité, dans ces petites vies dans des motels décatis, dans ces relations homme/femme qu’il dépeint.

Qu’il relate l’exil et la déliquescence d’un couple au cœur des monts Adirondacks, le périple en canoë d’une working girl en quête d’évasion, ou le départ d’un type qui largue sa femme enceinte, les nouvelles de SaFranko ne sont pas tristes, malgré les déboires que subissent les personnages. C’est la vie, c’est tout et personne ne mérite d’être jugé. Les rêves sont souvent détruits par le prosaïsme du quotidien, la nécessité de simplement vivre. Ce sont les blessures, les failles, qui font la beauté de l’humain, et de ces textes. Les nouvelles de SaFranko ne proposent pas de chutes spectaculaires, pas plus que nos existences ne seront marquées par un destin miraculeux. Elles n’en valent pas moins le coup d’être vécues.

Du coup, ça nous console, un peu.

Le fracas d’une vague / Mark SaFranko. trad. par Guillaume Magueijo. Kicking Books, 2019

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s