Le système nerveux de Nathan Larson

système

Dewey Decimal ne peut pas avoir la paix deux secondes ? Qu’on le laisse tranquille pour qu’il puisse accomplir son œuvre, à savoir classer les chers livres de sa chère Bibliothèque Municipale, c’est trop demander ? Apparemment. Il va encore falloir qu’il décanille les indésirables, qu’il défouraille, qu’il estourbisse. Faut bien se défendre contre les mafiosi de tout poil, les politiciens véreux, les adeptes des méthodes expéditives. Et quand on a un grand cœur d’artichaut, c’est dur de résister à la tentation de ramener le monde à un peu plus de cohérence… Bref, les choses ne s’arrangent pas pour Dewey dans ce nouveau tome contant ses déboires.

Le Système D plantait le décor : New York, dans un futur proche. Avenir incertain après des attaques terroristes qui avaient privé la ville d’électricité, d’essence, d’eau. Certains s’en sortaient mieux que d’autres : bactéries, milices, rats, épidémies pullulaient. Dewey, vétéran d’une guerre oubliée, soldat d’élite, avait mis au point un système quasiment infaillible pour survivre : ne jamais tourner à gauche avant onze heures, porter en permanence un masque et des gants chirurgicaux, gober frénétiquement des médocs pour on ne sait quelle maladie, se rincer les pognes au Purell dès que possible.

Eh bien, rien de nouveau sous le soleil (enfin, la pluie plutôt, et acide en plus), il est toujours atteint d’un stress post-traumatique invalidant et d’une faculté surhumaine à mettre son nez, ses doigts, ses genoux là où il ne faut pas. Il y a autre chose qui ne change pas non plus, le plaisir qu’on a à suivre les aventures rocambolesques et hyper speed du bibliothécaire le plus armé de Manhattan. Parce que c’est vif, hilarant, et que les pépins débaroulent à cent à l’heure.

Grand black dégingandé à la mémoire qui flanche, tiré à quatre épingles, costume de marque, chapeau classe, pompes de luxe, Dewey est un personnage dont on ne se lasse pas. Hypocondriaque (ou malade), mytho (ou poursuivi par des méchants), il ne s’arrête jamais, ni de penser (ils sont plusieurs dans sa tête, ma parole), ni de tabasser ce qui l’approche de trop près. Et il en prend plein la gueule sans se départir d’un humour caustique.

Nathan Larson se plaît à imaginer son héros dans les pires situations. Ce n’est pas l’intrigue, simple prétexte, qui pousse le lecteur à tourner les pages (une enquête au sujet d’une prostituée assassinée avec son enfant), mais l’accumulation des positions inconfortables que l’auteur fait subir à Dewey, dans un rythme d’enfer. Le tout servi par un style inimitable, fait de raccourcis efficaces, d’inventions soutenus par une traduction inspirée.

On rigole, on s’amuse, ce qui n’empêche nullement une réflexion qui s’approfondit dans cet épisode, et colle à l’époque. Plus aucun service public ne fonctionne, ce qui sert les intérêts des plus vils, milices et trafiquants. Les armes sont partout, la sécurité nulle part. Les failles de Dewey se creusent et finiront, sans doute, par l’handicaper pour la suite, dans un monde où il est nécessaire de courir pour ne pas chuter. Dewey cherche à savoir qui il est, si ses actions passées sont légitimes. A trop se poser de questions, on perd en efficacité de destruction massive, on gagne en humanité, mais on risque d’y laisser la peau.

Vivement le troisième volet. C’est qu’on s’attache, à force. On saura peut-être, dans cet épisode qui clôturera la trilogie : ce qui s’est réellement passé lors des attaques du 14 février, si Dewey a ou non des puces implantées dans le cerveau, son vrai nom, s’il parviendra à s’asseoir plus de trois minutes d’affilée et à retrouver sa véritable identité.

Le système nerveux / Nathan Larson. trad. de Patricia Barbe-Girault. Asphalte, 2016

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s